Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Réunion citoyenne / Grand débat national à Aurillac

15 février / 20 h 30 min - 23 h 00 min

À l’initiative du Président de la République, le Gouvernement engage un Grand débat national permettant à toutes et à tous de débattre des questions essentielles pour les Français.

Le 15 janvier dernier, le Président de la République a initié une démarche inédite de consultation de tous nos concitoyens afin de leur permettre d’exprimer leur vision de la société et leurs attentes mais aussi leurs solutions pour sortir de la crise sociale actuelle.
À travers ce Grand débat national, Emmanuel Macron invite les Français à s’exprimer sur quatre thèmes : la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics et la démocratie et la citoyenneté.

Pour Pierre Mathonier, maire d’Aurillac, « le débat d’idées doit faire partie de notre démocratie. Aussi, pour assurer la réussite de ce débat, il est nécessaire de l’organiser dans des conditions qui garantissent sa neutralité et son impartialité, avec l’espoir de réconcilier les Français entre eux et avec le monde politique. Il est normal que les maires soient à la disposition de leurs administrés pour faire remonter l’ensemble des préoccupations et revendications exprimées ».
Ainsi, avec le souci de faciliter l’organisation de cette démarche, la ville d’Aurillac proposera une réunion citoyenne, vendredi 15 février à 20h30 à la halle de Lescudilliers.
Auparavant, sur le site internet de la ville d’Aurillac, les principales interrogations autour des quatre thèmes retenus seront mises en ligne.

Bien évidemment, ces questions ne présument en rien du débat du 15 février, qui sera naturellement libre et totalement ouvert.
Par ailleurs, du 1er février au 15 mars, vous aurez la possibilité de déposer une contribution sur le cahier de doléances installé dans le hall de l’Hôtel de Ville ou sur l’adresse mail suivante : legranddebat@aurillac.fr.

À l’issue de cette consultation, l’ensemble des contributions citoyennes fera l’objet d’une transmission à la Commission nationale du débat public.

Réunion citoyenne, vendredi 15 février à 20h30 à la halle de Lescudilliers.

Du 1er février au 15 mars, possibilité de déposer une contribution sur le cahier de doléances installé dans le hall de l’Hôtel de Ville ou sur l’adresse mail suivante : legranddebat@aurillac.fr.

Voici les quatre thèmes retenus avec leurs questions abordées lors du grand débat :

DÉMOCRATIE & CITOYENNETÉ

– Quelles propositions pour renouer le lien entre citoyens et élus ?

1/ ouvrir la possibilité aux assemblées de destituer certains élus en cas de manquement grave à l’exemplarité,

2/ renforcer les dispositifs de participation des citoyens aux grandes décisions publiques,

3/ donner la possibilité aux électeurs de s’exprimer sur la satisfaction des élus en cours de mandat,

4/ tirer au sort des citoyens non-élus pour les associer à la décision publique.

– Faut-il modifier la législation sur le non-cumul des mandats pour :

1/ autoriser le libre cumul des mandats,

2/ autoriser un cumul des mandats limité dans le temps,

3/ autoriser un cumul à deux mandats,

4/ interdire tout cumul de mandats,

5/ proposer un non-cumul strict des indemnités d’élus

– Afin d’augmenter la participation aux élections, faut-il :

1/ rendre le vote obligatoire,

2/ simplifier la procédure de réalisation d’une procuration,

3/ autoriser le vote par correspondance,

4/ autoriser une personne à posséder plusieurs procurations.

– Le vote blanc doit-il être considéré comme :

1/ un suffrage exprimé sans donner lieu à un éventuel nouveau scrutin,

2/ un suffrage exprimé qui donnerait lieu à un nouveau scrutin s’il était majoritaire,

3/ ne pas être intégré aux suffrages exprimés.

– Comment mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique :

1/ par la consultation d’une assemblée de citoyens tirés au sort,

2/ par la modification de la Constitution pour développer le recours au référendum,

3/ par l’appel à l’intelligence collective pour élaborer les lois (projet de loi discuté en ligne),

4/ par la création d’ateliers citoyens pour construire un avis sur une question sociétale.

– Pour quelles élections faut-il introduire une dose de proportionnelle pour une représentation plus juste de tous les projets politiques :

1/ législatives,

2/ régionales,

3/ départementales,

4/ toutes,

5/ aucune.

ORGANISATION DES SERVICES DE L’ÉTAT ET DES SERVICES PUBLICS

– Selon vous, faut-il supprimer un des échelons administratifs suivants :

1/ la commune,

2/ l’intercommunalité,

3/ le conseil départemental,

4/ le conseil régional,

5/ aucune de ces structures.

– Pour vous, pour parvenir à limiter le nombre d’élus, il faut :

1/ réduire le nombre de sénateurs et de députés,

2/ diminuer le nombre d’élus locaux (régionaux, départementaux, intercommunaux et municipaux),

3/ diminuer le nombre d’élus de toutes les assemblées et collectivités,

4/ ne rien changer.

– Pour renforcer la décentralisation, il faut donner plus de pouvoir de décision et d’action :

1/ aux mairies,

2/ aux intercommunalités,

3/ aux conseils départementaux,

4/ aux  conseils régionaux,

5/ à l’ensemble de ces collectivités territoriales.

– Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire :

1/ simplifier le fonctionnement et la gouvernance de la sphère publique (réduire le nombre de parlementaires, supprimer des institutions comme le C.E.S.E, développer le dispositif des communes nouvelles…),

2/ supprimer des dispositifs jugés coûteux et sans grande efficacité (suppression des normes),

3/ réduire les effectifs de la fonction publique,

4/ réorganiser la sécurité sociale et les dépenses de santé.

– Comment le fonctionnement de l’État et des collectivités locales peut-il être amélioré pour mieux répondre aux défis de nos territoires, notamment les plus en difficulté :

1/ rapprocher les lieux de décision de nos concitoyens (aménagement du territoire), qui réclament plus de proximité,

2/ encourager les collectivités locales à développer le concept de budget participatif,

3/ avoir un fonds d’investissement de l’État dédié aux collectivités locales en fonction des spécificités et difficultés de chaque territoire,

4/ développer la péréquation horizontale pour permettre aux collectivités les plus riches d’aider les collectivités les plus pauvres.

TRANSITION ÉCOLOGIQUE

– Pour vous, la transition écologique est-elle :

1/ une priorité absolue,

2/ une priorité parmi d’autres,

3/ un faux problème.

– Quel est pour vous le bon niveau de prise en charge de la transition écologique :

1/ l’Union Européenne,

2/ le Gouvernement français,

3/ le Parlement,

4/ les collectivités locales.

– Comment devrait-on prioritairement financer la transition écologique :

1/ l’impôt (par exemple, fléchage de l’ISF sur ce domaine),

2/ les taxes (utiliser la T.V.A. à taux réduit pour les dépenses vertes et la T.V.A. majorée pour les dépenses anti-écologiques),

3/ des moyens financiers supplémentaires dégagés par l’État et les collectivités locales,

4/ un financement par la banque publique d’investissement et plus généralement par les banques publiques,

5/ par l’ensemble des quatre propositions précédentes.

– Qui doit être en priorité concerné par le financement de la transition écologique :

1/ les particuliers,

2/ les entreprises,

3/ les administrations,

4/ tout le monde.

– Quel est aujourd’hui pour vous le problème le plus important en matière d’environnement :

1/ la pollution de l’air,

2/ les dérèglements climatiques,

3/ la disparition de la biodiversité et de certaines espèces,

4/ le gaspillage énergétique.

– Diriez-vous qu’aujourd’hui votre vie quotidienne est impactée par le changement climatique :

1/ oui, tout à fait,

2/ oui, en partie,

3/ non, pas vraiment,

4/ non, pas du tout.

– À titre personnel, pensez-vous contribuer à protéger l’environnement :

1/ oui, tout à fait,

2/ oui, en partie,

3/ non, pas vraiment,

4/ non, pas du tout.

LA FISCALITÉ ET LES DÉPENSES PUBLIQUES

– Comment rendre la fiscalité plus juste et plus équitable :

1/ augmenter l’impôt sur le revenu,

2/ rétablir l’I.S.F.,

3/ augmenter la T.V.A.,

4/ faire la chasse aux fraudeurs et à l’évasion fiscale,

5/ appliquer ces quatre propositions.

– En matière de fiscalité, quelle est pour vous l’urgence :

1/ rétablir l’I.S.F. (en le fléchant sur l’environnement),

2/ supprimer la C.S.G.,

3/ réformer la T.V.A.,

4/ l’ensemble.

– Afin de réduire le déficit public en France, pensez-vous qu’il faut :

1/ réduire les services publics et les aides sociales,

2/ augmenter les impôts,

3/ faire les deux en même temps.

– Afin de réduire la dette publique, quelles dépenses faut-il diminuer en priorité :

1/ les dépenses de l’État,

2/ les dépenses des collectivités locales,

3/ les dépenses sociales.

– Parmi les dépenses de l’État et des collectivités territoriales, dans quels domaines faut-il faire avant tout des économies :

1/ l’éducation et la recherche,

2/ la défense et la sécurité,

3/ les transports,

4/ la politique du logement,

5/ l’environnement,

6/ autres.

Une protection sociale efficace passe-t-elle prioritairement par :

1/ un revenu social unique,

2/ une micro-taxe sur les flux financiers (qui remplacerait l’ensemble des impôts),

3/ une revalorisation globale de tous les minimas sociaux.

Détails

Date :
15 février
Heure :
20 h 30 min - 23 h 00 min
Catégories d’Évènement:
,
Share This